Formation au Maquillage Professionnel

Curieusement, le Maquillage Professionnel n’est structuré par aucun diplôme officiel.

Dans le secteur du cinéma, la France a été le seul pays à délivrer une carte d’identité professionnelle de Chef maquilleur, octroyée par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée, anciennement appelé Centre national de la cinématographie, qui a été créé par la loi du 25 octobre 1946)

Pour obtenir cette reconnaissance, il fallait avoir maquillé sur 6 films long métrage en tant qu’assistant et si possible sous le contrôle de chefs maquilleurs différents.
Sans ce « sésame » il était impossible de signer un contrat directement avec une production.

Dans le cadre de la modernisation du droit du cinéma, et aussi pour un alignement avec les pays européens, ce dispositif de cartes professionnelles pour les techniciens, a été supprimé en 2009.

Ces dernières années, tout a beaucoup changé et comme pour toute profession non réglementée, on assiste à des dérives dommageables qui ne contribuent pas à donner une image de sérieux à la profession. Ainsi, de trop nombreuses personnes s’intitulent Maquilleurs Professionnels après avoir fait une formation généraliste d’esthétique, ce qui est évidemment très insuffisant.

Est-il nécessaire de suivre une formation spécifique pour devenir Maquilleur Professionnel ?

Je réponds sans hésitation oui !

Une formation complète des techniques de base est absolument indispensable pour débuter dans ce métier. A une époque où tout va très vite, il est incongru de prétendre se lancer sans formation en espérant découvrir par soi-même les subtilités techniques du métier. C’est un non-sens…

Une formation de 6 à 9 mois est suffisante. Les formations plus longues ne servent qu’à enrichir les centres de formation (là je ne vais pas me faire des amis…).

Le choix d’une école

Beauty Riot

Voilà bien une étape difficile pour qui ne connaît pas le milieu.

Depuis quelques années, les écoles de Maquillage Professionnel « fleurissent » un peu partout y compris dans des villages improbables. Le choix est donc très périlleux.
Renseignez-vous auprès de plusieurs écoles et donnez-vous le temps de réfléchir et de comparer.

Il faut bien comprendre que les écoles de formation au Maquillage Professionnel sont des structures privées et que de ce fait ce sont avant tout des entreprises commerciales. Tout est donc mis en œuvre pour séduire les futurs inscrits (slogans prometteurs, plaquettes luxuriantes, journées portes ouvertes, entretien préalable personnalisé avec des promesses de débouchés…).

De l’école individuelle aux écoles regroupées sous un même slogan ou logo, un même souci domine, celui de la rentabilité et c’est bien logique pour une entreprise commerciale.

Les critères à privilégier pour choisir une école

Les locaux

Ils doivent être confortables et aménagés avec :

  • des plans de travail individuels,
  • des fauteuils adaptables (hauteur inclinaison)
  • des miroirs
  • un éclairage adapté et suffisamment puissant voir modulable depuis chaque poste,

Une formation doit viser tous les secteurs d’activité. L’école doit donc disposer d’un endroit dédié à la prise de photos, à des essais vidéo pour tester les résultats mais aussi dans l’objectif de réaliser des books individuels.

L’école doit donc prévoir cet endroit dédié équipé d’un matériel mis à la disposition des élèves:

  • flashs électroniques pour les photos
  • réflecteurs de lumière pour moduler les ombres
  • différents projecteurs mobiles (3 ou 4) pour les prises de vues en vidéo
  • un appareil photo numérique performant avec un pied alloué
  • une caméra vidéo numérique de qualité (les caméscopes bas de gamme ne conviennent pas,

Ces éléments listés ci-dessus sont absolument indispensables tout comme le lieu dédié à la photo et à la vidéo.
Il est question ici de travail professionnel et non d’improvisation. On ne fait donc pas de photos ou de vidéos dans un couloir de l’école avec un smartphone quelle que soit sa qualité…

Si ces éléments sont absents… fuyez !

La qualité des enseignants

C’est là l’élément « clé » d’une formation…

Une école sérieuse doit consacrer une page à la présentation de son staff d’enseignants qui interviennent dans chaque spécialité.

Vous devez connaître ainsi

  • leur identité (nom et prénom)
  • depuis quand ils sont dans le métier et depuis quand ils enseignent
  • leur cv que vous pourrez contrôler sur le web

Il est en effet triste de constater que certaines écoles font intervenir des élèves de l’année précédente, n’ayant donc aucune expérience du métier. Dans ces circonstances, autant apprendre dans un livre…

Le programme

Sur ce point, aucun souci à se faire ils sont tous calqués les uns sur les autres. La seule différence est, rappelons-le la qualification technique et pédagogiquedes personnes qui enseignent.

Une formation complète de base doit comprendre :

Enseignement théorique

Reconnaissance des différents types de peau (pour savoir quel type de produits utiliser)
Connaissance des différents type de produits et de leur utilisation
La colorimétrie
Etude des effets de la lumière sur les visages

Enseignement théorique et pratique (la pratique intensive des mêmes thèmes est importante)

Le Maquillage Beauté (beaucoup plus approfondi que pour une formation d’esthétique)
Enseignement des bases du dessin et pratique de ce dernier
Maquillage de scène (Théâtre/Opéra – Music-hall)
Face et Body-painting
Les effets spéciaux simples (effets de vieillissements, simulations de blessures…)
Aucun de ces thèmes ne doit être négligé ou laissé de côté. Ces thèmes doivent être pratiqués de multiples fois sur des visages de types et d’âges différents. Pratiquer sur le même visage tout au long de la formation ne permet pas d’apprendre à adapter son travail à chaque modèle !!!

L’enseignement peut également être enrichi par la participation ponctuelle de professionnels ayant de longues années de pratique et qui, au travers de simples démonstrations étalées sur une ou plusieurs journée(s) ou portions de journée(s), peuvent apporter leur propre interprétation due à leur maturité professionnelle.

Je traite dans un autre article du thème des stages qui est, vous m’en voyez désolé, un vaste sujet à polémiques…