Expertise makeup

Les techniques innovantes

Le maquillage n’échappe pas aux phénomènes de mode!
On se sert de l’anglicisme pour parler de techniques de maquillage utilisées depuis des décennies…

Contouring, strobing, baking…

Autant de mots qui semblent magiques et censés révolutionner les techniques du maquillage!

Mais qu’en est-il réellement?

Petite rétrospective (très résumée):
Le maquillage moderne tel qu’on le connait aujourd’hui est né en même temps que le cinéma au début du siècle dernier!

Les pionniers du cinéma se sont trouvés confrontés à un problème majeur :  » imprimer sur la pellicule les expressions des visages »!

A la naissance du cinéma (fin du XIXè siècle), les pellicules (en noir et blanc) étaient peu sensibles et nécessitaient beaucoup de lumières pour être « impressionnées », ce qui gommait tous les reliefs, donc les expressions des visages qui ressortaient totalement plats et sans vie.

A cette même époque, certains précurseurs se sont penchés sur le problème et ont cherché des solutions. A partir de crèmes colorées sombres, ils ont commencé à modeler les visages en reproduisant ce que faisaient depuis déjà des siècles les dessinateurs et les peintres sous le nom de clair/obscur, rendant visibles les reliefs naturels des visages pour compenser l’excès de lumière.

Le maquillage « en trois dimension » était né !

Depuis ces débuts, les pellicules n’ont cessé d’évoluer en sensibilité puis la couleur et née, s’est perfectionnée jusqu’au numérique d’aujourd’hui.

Rien n’a vraiment changé au niveau du maquillage qui empreinte encore de nos jours ces techniques de modelage des visages soit pour modifier une morphologie ou souligner voire créer des traits de caractère ou renforcer des expressions.

Parallèlement à l’évolution des supports d’images qui ont cherché à montrer toujours plus les détails, les techniques tout comme les produits se sont affinés, demandant une vraie maîtrise d’application.
L’apogée est actuellement atteinte avec le « numérique haute définition » qui propose une résolution d’affichage de 1920 x 1080 pixels, jusqu’au numérique appelé Full HD ou Ultra HD (encore appelés UHD ou Quad HD) propose quant à lui une résolution de 3840 x 2160 Pixels, soit 4 fois le Full HD.

Dans ces conditions, on comprend à quel point le maquillage dans son ensemble et les effets « modelants » en particulier doivent être mesurés en intensité comme en quantité (épaisseur) pour paraître crédibles, naturels, voire invisibles.

Qu’en est-il de ces « techniques miraculeuses »

le contouring consiste à jouer avec l’ombre et la lumière pour sculpter le visage. Il a été popularisé par la célèbre Kim Kardashian.

Le baking à la base, c’est affiner les traits du visage, le sculpter.
Aujourd’hui totalement démocratisé par les influenceuses beauté qui usent et abusent de cette technique sur les réseaux sociaux.
Qui n’a jamais vu ces filles se maquiller avec deux grosses taches blanches sous les yeux et les pommettes et des barres sombres au creux des joues qui relient les oreilles à la bouche?
Ultra visuelle, cette tendance a donc très logiquement trouvé sa place sur Instagram et sur bien d’autres plateformes telles que Youtube via des tutoriels make-up.

Le Strobing plutôt que de sculpter, illumine l’ensemble du visage pour lui donner un air frais…
Il y a quelques temps, la même technique était appelée « highlighting » et était déjà présentée comme une révolution dans le maquillage!

Concrètement

Ce sont des techniques que les maquilleurs professionnels et particulièrement ceux qui travaillent pour le cinéma appliquent au quotidien (du moins les bons…)

Le contouring, le strobing et le baking sont donc des techniques sorties de leur contexte originel, désolidarisées (car en réalité elles sont complémentaires) et utilisées à des fins mercantiles pour « faire le buzz » ou vendre de nouveaux produits.

Elles ont été promues et vulgarisées par des maquilleurs ou influenceuses auto-proclamées qui ont produit des pseudo-tutos au titre racoleur « maquillez-vous et ressemblez à: Kim Kardashian… à Angelina Jolie…et à bien d’autres !!!

Le résultat démontré qui s’apparente au maquillage de scène est généralement très théâtral, plus proche du masque de Geisha ou de la Commedia Dell’arte, du drag-queen ou même pour certaines représentations, du masque de carnaval.

La réalité

Tous ces tutos sont mauvais, faux car en réalité il est impossible et incongru de montrer un schéma généraliste et universel de ces techniques. De plus, les démonstrations qui en sont faites aboutissent à des résultats tellement épais qu’ils relèvent plus du grimage que du maquillage.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’emplacement des ombres et lumières qui composent un effet modelant est totalement différent pour chaque visage. Selon la morphologie du modèle, ses expressions, son âge, notre travail nécessite chaque fois une adaptation tant dans les formes que dans les intensités.
Qui prétendra le contraire n’a rien compris!